top of page

Exploration de la dualité entre le rationnel et l'invisible : Une perspective équilibrée

Hello toi,


Aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais senti à ma place dans ce monde. Déjà enfant, j'avais l'impression de ne pas percevoir le monde comme tout le monde. Comme si les autres avaient un filtre que je ne voyais pas. Lorsque j'essayais de faire comprendre ma vision, j'avais droit à des moqueries de mes camarades, ma famille, mes enseignants. Je n'arrivais pas à comprendre qu'ils ne comprenaient pas, qu'ils ne voyaient pas. Et j'ai fini par croire qu'ils avaient raison, que c'était leur vision la bonne, et que j'avais une perception fausse des choses. J'ai étouffé toutes mes "capacités" pour rentrer dans ce fameux moule, pour être accepté, pour être aimé.


Exploration de la dualité entre le rationnel et l'invisible : Une perspective équilibrée photo @babouchkatelier

Aujourd'hui, j'ai le sentiment que cela venait du fait qu'il fallait impérativement choisir, toujours choisir un camp ou un autre. Soit tu penses blanc, soit tu penses noir. Soit tu votes à gauche, soit à droite, soit tu es scientifique, soit tu es littéraire. Soit tu es cartésien, soit tu es illuminé, etc... Mais moi, j'étais toujours les deux, moi je voyais l'équilibre qu'offrait le pôle opposé.


En gros, soit j'acceptais de choisir le côté de la science, du rationnel, des faits empiriques et j'étais accepté dans la communauté des "rationnels" pour être rejeté par les "spirituels". Soit je choisissais le côté "spirituel" et invisible pour être accepté par eux et rejeté par les autres. Mais j'étais les deux. Je voyais la force de l'union de ces deux mouvements de pensée a priori opposés. Et j'ai choisi les rationnels, ceux qui étaient en plus grand nombre, j'ai répondu à mon besoin fondamental d'appartenance en reniant qui j'étais. Pire, je me moquais des "spirituels" de concert avec les rationnels.


Pourquoi je me suis infligé ça ? Il aura fallu que d'autres comme moi osent s'affirmer, prennent position, défendent leur vision, pour que j'ose à mon tour me sentir légitime. Attention, je ne dis pas que c'est easy, on se moque toujours de moi, mais aujourd'hui je m'en fiche ! Toi et moi, nous restons une minorité, même si Thor l'a dit devant des milliards de spectateurs : "Vos ancêtres appelaient ça la magie. Vous appelez ça la science. Eh bien moi je viens d'un monde où les deux ne font qu'un."

Le lien si tu ne l'as pas : [vidéo](https://www.facebook.com/watch/?v=321652245746809)


Et bien dans mon monde, c'est pareil.


La force de l'intuition et la base solide de mes connaissances, de mon expérience, font ce que je suis aujourd'hui et c'est tout cela que je t'enseigne dans mon académie SuperBloom.

L'intégration de ces deux facettes de ma personnalité a complètement changé ma vie. J'ai retrouvé la vision du monde que j'avais étant enfant, avant de vouloir rentrer dans le moule.


Je fais le parallèle avec cette citation : "La femme moderne a tué la femme sauvage" de Clarissa Pinkola Estés dans son ouvrage célèbre intitulé "Femmes qui courent avec les loups" (Women Who Run with the Wolves en version originale). Clarissa Pinkola Estés, psychothérapeute et conteuse, explore dans ce livre le potentiel créatif et la force intérieure des femmes à travers des récits mythologiques et des analyses psychologiques approfondies. La citation en question illustre une idée centrale de son ouvrage, mettant en lumière le dilemme de l'évolution de la femme dans un monde moderne qui étouffe parfois sa nature profonde, sauvage et instinctive. C'est exactement ce que j'ai ressenti, la fin de cet étouffement. Comme si toute ma puissance, ma clairvoyance, mon intuition explosait.


J'étais la femme moderne, la workinggirl, celle qui voulait tout, l'épouse, la mère, la boss, celle qui s'épuisait à jouer un jeu dont les règles dictées n'étaient pas pour elle. J'ai tué la femme moderne pour redevenir la femme sauvage.


Oui, je ne vois pas le monde comme la plupart des gens, et aujourd'hui c'est ma force, et non plus ma honte.


J'espère que toi qui me lis, tu trouveras la force de libérer ta femme sauvage, tu verras c'est merveilleux.


Si ces mots résonnent en toi, si tu sens l'appel à démanteler tes propres murs, je t'invite à nous rejoindre dans notre communauté Superbloom. Ensemble, nous explorons, nous apprenons, nous grandissons – en affaires et dans la vie.



Au plaisir de te lire à mon tour,

Caroline

Caroline Beck - coach Business et Communication

@carolinebeck.communication


44 vues0 commentaire

Comments


bottom of page